ANNULATION

Deux expositions :

 

"Luchon terre de résilience"

 

A travers les documents des archives de la croix rouge locale et des archives municipales, la station thermale de Luchon apparait, lors des 3 dernières guerres (1870, 1914-1918, 1939-1945) comme un lieu de reconstruction physique à travers les soins à l’établissement thermal et psychique par le calme retrouvé dans nos montagnes… Le front était loin et pourtant nos soldats étaient bien présents chez nous, se mêlant à la vie simple des luchonnais…

 

Collection de l’antenne locale de la Croix-Rouge administrée par Lucien Menjon.

 

 

"La presse pendant la Grande Guerre"

Exposition d'exemplaires de la Presse nationale publiée entre 1914 et 1918.

 

__________________________________________________

dimanche 5 août à 15h

Pavillon Normand

Billetterie et réservations du Festival 2018

TARIFS :

 

PASS Festival
Donne accès à toutes les activités : le récital d’ouverture, création contemporaine, ateliers, vernissage, expositions, conférence, choralia, les 3 spectacles, les 2 projections, cours public, la guinguette, le concert de clôture, l'initiation Premiers-Secours, la visite de la ville en Petit-Train.
Le PASS offre également des réductions auprès des partenaires

 

 

15 €

 

Récital d’ouverture Maudite soit la guerre + création contemporaine La ballade de Florentin Prunier

 

10 €

 

La liberté, rencontres de choeurs

Visite de la ville en Petit-Train : "Luchon et la Grande Guerre"  (départ Pavillon Normand)

Soirée : "Bernard Sarrieu et la Grande Guerre" + "Cabaret de la Grande Guerre"

 

 

5 €

ou PASS

 

 

Salon de thé éphémère ‘Confidences Contemporaines’, avec Isabelle Aboulker (places limitées)

Collation : Menu avec boissons et pâtisseries du Salon de Thé

 

 

 

5€ (PASS)

8 €

 

Spectacle : "1918, l'homme qui titubait dans la guerre"

 

 

PASS

ou 10 €

 

Spécial jeune-public :
Journée complète 2 ateliers + le spectacle

Spectacle familial Le cabaret d’la puce qui r’nifle
Avec surprise et goûter offerts

 

15 €

 

5 €

 

Dîner-guinguette : menu complet avec vin compris

 

20 €

 

Ateliers ‘Posture et respiration’ et ‘Souplesse et énergie’

 

PASS

 

Les projections

 

PASS

 

Formations Premiers-Secours :
Initiations pour tous

Formation qualifiante

 

gratuit

60 €

 

Auditeurs libres stage chant lyrique :

 

PASS+

50 €

 

Librairie du festival (pour les porteurs de PASS)

 

- 5%

Tous les partenaires proposent des réductions aux festivaliers porteurs du PASS

 

 

POINTS DE VENTE :

Le 1er août et le 4 août 2018 en matinée sur la place du marché à Luchon

Sur place, sur le lieu de chaque événement, 30 minutes avant le début de la séance.


Ou sur le réseau France Billet :
http://www.fnac.comhttp://www.carrefour.fr - http://www.francebillet.com
Géant – Magasins U – Intermarché
0 892 68 36 22 (0,34€/min)

 

 

 

Soirée festive : Vive l'Armistice ! soirée guinguette

Vive l'armistice ! Guinguette des Rencontres Lyriques de Luchon

 

 

 

Plusieurs musiciens et groupes de musique se réunissent pour cette soirée festive en l’honneur de l’armistice de 1918.

 

Cette soirée aura les couleurs d’une guinguette de 1918 avec de la musique à danser, des jeux de l’époque, des cocardes et toute une décoration dans l’esprit.

 

 

De quoi vivre une soirée inoubliable !

 

 

Buvette et restauration seront également proposées.

 

 

______________________________________________

Jeudi 9 août 2018 - 19h00
 

 

Visite de la ville de Luchon, les lieux de la Grande-Guerre

 

 

 

Rejoignez le chef de gare devant le Pavillon Normand et montez à bord d’un Petit Train pour visiter la ville de Luchon et ses lieux emblématiques de la Première Guerre Mondiale.

Forte de 4 500 habitants, Luchon a reçu sur la période du conflit 11 142 blessés signés par l’hôpital complémentaire 54 répartis sur 60 sites dans la ville.

 

Réalisé avec l'aide de la Croix-Rouge de Luchon.

 

 

Visite commentée par Lucien Menjeon

 

 

 

__________________________________

départ mercredi 8 août à 17h45

Pavillon Norman

 

Spectacle familial été 2018 : Le cabaret d’la puce qui r’nifle

Spectacle familial : Le cabaret d’la puce qui r’nifle

 

 

Emile (une marionnette) est un petit soldat de la classe 1911 envoyé sur le front en 1914.
Emile vit le quotidien de la guerre et ne cesse d’écrire à ses parents restés au pays et à sa petite fiancée qui lui manque tant…

 

Ce spectacle dresse un portrait sensible et drôle de la Grande-Guerre. Philippe Gibaux et Claude Ribouillaut dialoguent avec Emile et présentent des images de l’époque, jouent et chantent des chansons et amènent le spectateur à rire et à s’émouvoir.

 

Ce spectacle revisite, à travers instruments des poilus ou fac-similés, musiques d'époque et chansons écrites par les soldats eux-mêmes, les différents moments et lieux de cette guerre, en mettant en avant l'humanité, l'humour et la poésie : avant-guerre et service militaire ; premières lignes ; secondes lignes ; camps de prisonniers ; front d'Orient et armistice. Cette prestation illustre le pouvoir de la création artistique face à la folie des circonstances de cette Grande-Guerre.

 

Dans le cadre de cette journée, il est aussi possible de participer dès le matin à l'ensemble des ateliers proposés : fabrication d'instruments de musique et écriture de chansons (en savoir plus)

 

 

Avec Claude Ribouillault (musicien, marionnettiste et chanteur) et Philippe Gibaux (luthier, musicien, chanteur).

 

______________________________________________________________________

accueil 15h30

salle de spectacle Henri Pac

Salon de thé éphémère : confidences contemporaines avec Isabelle Aboulker

Salon de thé éphémère...


 

 

 

 

Pour partager un moment convivial autour d'une pâtisserie, papoter en toute simplicité avec Isabelle Aboulker, parler de sa vie, de son oeuvre, de son travail de compositeur, de son parcours et essentiellement de "La ballade de Florentin Prunier" (poème de Georges Duhamel), l'oeuvre créée lors du récital d'ouverture, et de son oratorio "1918, l'homme qui titubait dans la guerre" qui sera joué le soir-même au théâtre.

 

 

 

______________________________________________

Mardi 7 août 2018 - 16h
Kiosque à musique du Parc des Thermes

Sur réservation - collation : 5€ (PASS) - 8€

Conférence : la musique dans les tranchées pendant la Grande Guerre

Conférence : "La musique au fusil"

 

Pendant la Grande Guerre, à quelques centaines de mètres parfois de la ligne de front, les combattants inventent des chansons sur des airs populaires et jouent de la musique sur des instruments fabriqués avec des matériaux de récupération. La mobilisation a rassemblé dans les mêmes régiments musiciens des campagnes et concertistes, chefs d’harmonie et violoncellistes de salon, orchestres d’ici et d’ailleurs. Dans les tranchées, dans les bals avec travestis qu’on improvise après la bataille, on chante le désespoir et la révolte, la nostalgie aussi. La musique est la vie, l’antidote au malheur, au massacre, à l’interminable peine. Claude Ribouillault nous fait entrer dans ce monde parallèle, sur les scènes étranges du théâtre aux armées, des camps de prisonniers où la rage de rire n’est parfois que la rage de survivre. Ce sont des soldats de partout : Allemands, Italiens, Serbes, Anglais, Écossais, Français de France et des colonies… Ils créent des spectacles et constituent un répertoire de chansons joyeuses, dures, toujours plus désespérées à mesure que la guerre s’enlise dans les tranchées. Illustré par une collection unique de documents photographiques et d’instruments, cette conférence étonnante sauve de l’oubli des visages et des mots, leur fol espoir de rester en vie.

 

Par Claude RIBOUILLAULT, ethnomusicologue

 

____________________________________

lundi 5 août 2018 à 17h30

pavillon Normand

Philippe Gibaux, luthier, violoniste

 

Philippe Gibaux, d’abord luthier, puis collectionneur d’instruments de facture populaire, violoniste et chanteur de groupes de chants de marins comme Marée de Paradis, participe depuis plusieurs années avec Claude Ribouillault, en duo, à des opérations en collège appelées Le cabaret d’la puce qui r’nifle.

 

Véritable fédérateur de la musique traditionnelle en Haute-Normandie, chargé de cours d’ethnomusicologie à l’Université de Rouen, président pendant de longues années de l'association Galaor à Rouen, Philippe est un musicien ancré dans la tradition, dont le jeu vigoureux fait merveille.

 

Son expertise et son talent sont particulièrement reconnus dans le cadre d’animations/ateliers de lutherie populaire, notamment pour la fabrication d’instruments bricolés…

 

Frédéric Bang-Rouhet, baryton

Médecin, Frédéric Bang-Rouhet étudie le chant avec Paul Finel et entre ensuite au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe d'Art Lyrique de Xavier Depraz. Il obtient un Premier Prix de la Ville de Paris à l'unanimité, ainsi que le Prix d'interprétation de l'ADAMI et le Prix d'Opéra de L'Union Professionnelle des Maîtres du Chant Français.
Parmi les productions lyriques auxquelles il a participé en France (Aix-en-Provence, Angers, Avignon, Bordeaux, Besançon, Reims, Rennes, Saint-Etienne, Tours, Toulouse…)  on peut citer ses collaborations avec Mireille Larroche dans les Noces de Figaro et Mahagonny, avec Laurent Pelly (L’Île de Tulipatan, opéra de Lyon) ou avec Martin Isepp au Festival de Royaumont (Die Fledermaus, the Rape of Lucretia). A Taïpei, il chante Moralès aux côtés de la Carmen d’Elena Obraztsova ,et Ping de Turandot face à Giuseppe Giacomini et Adriana Maliponte. Il a aussi interprété les sept rôles de baryton de Death in Venice de Britten.
Dans le domaine de l’Opérette, il chante très souvent Offenbach, Messager, Strauss, Lehar…et est régulièrement invité au Festival d'Aix-les-Bains.
Il participe à plusieurs créations de Gérard Condé et Régis Campo avec L’Ensemble 2e2m.
Il prend part à l'enregistrement intégral de l'Amour Masqué de Messager dirigé par Samuel Jean et paru en 2014 chez Actes Sud.
Par ailleurs, Frédéric Bang-Rouhet chante régulièrement l’Oratorio (Requiem de Brahms, Fauré, Duruflé, œuvres de Bach, Berlioz, Haendel, Schumann, Honegger…)
Passionné par la mélodie française qu’il a étudiée avec Camille Maurane et Jean-Christophe Benoît, Frédéric Bang-Rouhet est titulaire des Prix Duparc et Roussel. Parmi ses nombreux récitals, notons-en un avec Jean-François Zygel et un autre lors de la saison inaugurale de l’auditorium de la Cité Interdite de Pékin.

 

Laurent Clergeau, pianiste

 

De formation classique (Ecole Normale de Musique de Paris), Laurent a fait ses premiers pas dans le music-hall en accompagnant Richard Foisy, chanteur québécois.

 

Parallèlement, il enseigne le piano dans différents conservatoires de la région parisienne, puis a créé deux ateliers de chanson française aux conservatoires d'Etréchy (91), et des Mureaux (78). Laurent est pianiste dans différentes troupes de théâtre musical : la compagnie Les Tréteaux Bleus et la Compagnie de l'Yerres et actuellement les compagnies Caravague et la Compagnie Paris Lyrique avec Françoise Krief.

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Je chante pour mon vallon en souhaitant que dans chaque vallon un coq en fasse autant - Edmond Rostand